Sentiers Grotte des fées


UN SITE GÉOLOGIQUE

La grotte

 

Malgré l'appellation populaire de « grotte», cette structure géologique représente plutôt une paroi rocheuse érodée au fil du temps.

Grotte des fées

Le temps a fait son œuvre envers et contre tout. Ici, nous apprenons à lire notre histoire dans le langage des pierres. En effet, les roches de La Grotte des Fées se sont formées il y a 500 millions d’années lors des premiers stades de la formation des Appalaches. Il s’agit de sédiments déposés dans des bassins situés le long de la marge ouest de l’océan Iapetus. La séquence exposée ici, appelée formation de Rivière Ouelle, est composée à la base de grès calcareux, surmontée d’une alternance de siltites et d’argillites rouges, dont la couleur est reliée à la présence de minéraux ferreux et un milieu de déposition oxydant. L’alternance fine des lits rouges et brun-gris correspondent aux fluctuations dans l’intensité des courants marins charriant ces sédiments, tandis que les bancs de grès correspondent à des glissements de masse plus importants sur le talus du bassin. Vers 400 millions d’années, la fermeture de l’océan Iapetus et la collision entre les anciens continents Nord-Américain et Européen a comprimé ces roches au point de les faire plier et éventuellement se rupturer le long des failles. La structure plissée exposée ici est témoin de ces forces gigantesques qui ont soulevé une chaîne de montagnes beaucoup plus haute que les Appalaches actuelles. Par la suite, le patient travail de l’érosion par l’eau, les intempéries et les glaciers a  arrondi et sculpté ces montagnes pour leur donner leur apparence actuelle.

 

Les grains de roche ainsi arrachés et charriés par les rivières s’accumulent à nouveau sur le fond marin et formeront éventuellement de nouvelles roches, une fois compactés sous des kilomètres de sédiments. Le cycle se perpétuera jusqu’au moment où la terre aura épuisé l’énergie qui anime la dérive de ses continents.